Classé parmi le ‘Cambridge 50 top of World’

Yunus Limbada, le Bill Gates de la Plaine Verte

Derrière sa timidité, se cache un génie de l’informatique. Très confiant d’avoir bien travaillé en SC, il décroche 6 unités et fut classé premier en ‘Computer Studies’ selon la nouvelle formule de classement émise par Cambridge. Rencontre avec ce brillant élève du collège Royal de Port-Louis.

A 17 ans, Mohammad Yunus Limbada est un as de la … souris ! Avec une vitesse éclaire et une dextérité de féline, il surfe sur l’internet, télécharge, édite, préserve, imprime et envoie un document vers un autre internaute. S’il était sprinteur, les véloces du stade auront sous du fil à retordre. A vrai dire, Yunus excelle dans tout ce qu’il entreprend. La 284° rang au CPE et les 6 unités l’an dernier les prouvent amplement.

Aujourd’hui en Lower VI, il compte entrer en compétition pour la bourse d’état. Au fait, alors qu’il ne faisait que se concentré dans les problèmes des mathématiques, son oncle Samad l’aurait initié à l’informatique. Depuis, il fonce à une vitesse vertigineuse au point que les ordinateurs n’ont plus aucun secret pour lui. Il est fort dans le ‘programming’, ‘graphic designing’ et est un ‘web-site designer’ connu. «Yunus même ti crée website Musjeed Al-Aqsa »,  nous dit un membre de cette mosquée historique. Pour cela, il obtenu un premier prix de 10 000 roupies.

Admiratif devant Bill Gates, accro des œuvres scientifiques de Stephen Hawking, ce jeune habitant de la rue La Paix, fan de Liverpool avoue une admiration pour ses profs. « Par l’ordre Allah tou letan mo fine gagne bon enseignants. Mais aussi bon parents ki guide nou »,  nous dit-il. Il concède aussi d’être proche de sa sœur aînée, mariée et vivant en Angleterre et de son frère benjamin qui est au SSS de Bell Village.

Sollicité par STAR, le jeune citadin nous fait part de sa fierté d’être Mauricien républicain. Par ailleurs, il juge que la politique n’est pas son plat de résistance et est d’avis que les subsides sur les fees d’examens étaient une bonne chose. Yunus trouve dans le fanatisme et l’intolérance un cri du cœur, une séquelle de la pauvreté mais aussi un réflexe instinctif fatal.

 

Naushad Korimdun

Deisgned & Developed by Mauriweb Network Services, Maintained by Star © 2001