Automobile

F.B. Ghoora: “Les fabrications japonaises ont la réputation voulue”

D’origine très modeste, Farhad Bhye Ghoora gère aujourd’hui un empire. Leader dans l’importation et la vente des véhicules réconditionnés, il vient d’ouvrir un showroom sur l’auto-route des Pailles. Pour reprendre une citation historique du SSR, «We have come a long way » serait-on tenté de dire. F.B. Ghoora vient donc d’emprunter une route décisive, tambour battant. Il ne compte donc pas freiner en si bon chemin, au contraire, il a les pieds  sur l’accélerateur.

En fait, ‘FB Ghoora Co. Ltd’  est dans le domaine de l’importation depuis une quinzaine d’années. Ce groupe importe un peu plus de 300 véhicules ‘fully re-conditionned’, comme on dit dans le jargon, en provenance du Japon et du Singapour. La compagnie emploi 20 personnes dûment formées dans la vente de voitures, fourgonettes, camions, mini-bus et bus, etc. « Le but d’avoir un nouveau showroom spacieux, informatisé et très aéré est de mieux servir les clients. Ils auront conseils et informations d’experts avant de décider », explique M. Ghoora, patron de l’entreprise.

De plus, la compagnie encourage les bourses moyennes pour l’acquisition des voitures à crédit, car « chez F.B Ghoora, ou capave vine propriétaire ène loto avec ène mensualité de 5000 roupies seulement », explique Naïm Beekawoo, responsable du marketting. Au fait F.B Ghoora tente une difficile équation qualité, prix, sécurité. « Les fabrications japonaises ont la réputation voulue et la sécurité doit impérativement répondre aux normes internationales. Pour le prix, c’est là que F.B Ghoora fait la différence. Nous sommes d’une féroce compétitivité », détaille M. Ghoora, père de 4 enfants.

De Sebastopol à M1 Pailles

Né en 1964 d’un père laboureur particulier et d’une mère femme au foyer, Farhad a 2 frères et deux sœurs. Il a fréquenté le ‘Sebastopol Government School’ jusqu’à la ‘Std VI’. Alors que la modeste demeure des Ghoora céda sous les rafales de Gervaise (1975), la famille bouge vers la capitale après avoir tout perdu. Sans être brillant, Farhad parvint à décrocher son SC à la ‘Port-Louis High School’ où sévit Heeralall Bhungaloo. « Mo ti pe aide mo papa pou vanne confits cotte zone franche ziska ki mo rentre comme Store Keeper dans éne lizine », poursuit celui qui peut changer de voitures comme des… chemises aujourd’hui. Il se marie 3 ans plus tard, soit en 1987 à Sabina et le couple aujourd’hui a 3 filles et 1 fils.

Pour revenir au parcours de Farhad Bhye Ghoora, il parvint à décrocher un emploi en Arabie Saoudite dans l’immense ‘Quran Printing’ pour 2 ans. ‘Mo rêve ti toujours réussi alle fer Haj et Umrah. Mo fine reussi mais aussi fer ène ti l’avance côté finance », nous dit-il. De retour au pays deux ans plus tard, cet habitant de Camp Chapelon devint vendeur de prêt-à-porter. Au moyen de sa moto Explorer, il sillonne les foires tout en faisant face aux caprices  climatiques. « Boucou marchand ti ena ène ti van/loto, » s’en souvienne-t-il 17 ans plus tard. « 1 jour, ène camarade dire moi to bizin asté ène van katchak charli dans badiné», ajoute-t-il.

Le déclic ? Peut-être. Modestement et timidement il entreprend des démarches. 1992, c’est à bord d’une Toyota blanche que M. Farhad Bhye Ghoora débarque à la gare Victoria pour vendre ses produits. Vite, certains amis lui demande d’importer des fourgons pour eux. “Mo commence fer agent commisionaire et 2,3,4 van sak mois mo ti pe importe”.

Avec la libéralisation du marché de l’importation et la vente des véhicules,  F.B Ghoora se fait une référence. Octobre 2000, il a un showroom à Camp Chapelon. Aujourd’hui, la compagnie peut s’enorgueillir  de pouvoir exposer une flotte de 250 automobiles et d’être le 1° stockiste de plus belles carrosseries du pays. Les belles guepardes de 4 roues aux couleurs flamboyantes sont ‘on display’ désormais dans le ‘Warehouse’ de l’autoroute de Pailles. A 43 ans, F.B Ghoora a encore un long chemin à parcourir aux cris des pneus.

 

Naushad Korimdun

Deisgned & Developed by Mauriweb Network Services, Maintained by Star © 2001