Feizal Abdoolah, travailleur social émerite

Feizal Abdoolah fête aujourd’hui ses soixante ans. Enseignant de carrière, formé pour être instituteur dans nos école primaires, M. Abdoolah sera promu Assistant maître d’école quelques années avant de faire valoir ses droits à une retraite prématurée. En effet, en raison d’une santé déclinante, F.A. choisit d’écouter les conseils de sagesse de son cœur et décida de se consacrer uniquement au travail social – sa passion de toujours…

Eu égard à sa personnalité, on pourrait dire que Feizal Abdoolah était prédisposé pour le volontariat. Inévitablement et tout naturellement, toute conversation avec lui est largement axée sur le travail social et le bénévolat. N’a-t-il pas été un des fondateurs du Century Club en 1967, plus connu aujourd’hui comme la ‘Century Welfare Association’ (CWA) ?

Ainsi, après avoir aidé à mieux consolider les assises du club, Feizal Abdoolah va jouer un rôle prépondérant au sein de son Comité exécutif et ce durant les années qui vont suivre. Il n’est guère étonnant donc que le nom du Century Club soit intimement associé à notre ami. Qui évoque Century Club ne peut s’empêcher de penser à Feizal, un des piliers de cette organisation aux multiples activités.

Lors de la constitution du premier Comité Exécutif, il échut à Gorabhye Coowar, actuellement conseiller municipal à Port-Louis, d’assumer les fonctions de secrétaire. Par la suite. F.A allait prendre la relève et sera reconduit à ce poste important jusqu’à ce jour. Une tâche ingrate dont il se décharge avec brio.

Il importe de souligner qu’en tant que représentant de la ‘Century Welfare Association’, F.A a eu l’occasion de sièger au sein de plusieurs fédérations sportives et sociales, dont entre autres la ‘Port-Louis Youth Federation’ (PLYF), le ‘Mauritius Council of Social Services’ (MACOSS) le ‘Mouvement Social de la Plaine Verte’ (MSPV) et la ‘Plaine Verte Co-operative Society’.

Feizal Abdoolah est aujourd’hui une figure incontournable à la Plaine Verte. D’ailleurs, il ne râte aucune occasion d’exprimer sa fierté de faire partie d’une région affublée trop souvent d’une étiquette malveillante et injuste. Il est toujours prêt à prodiguer des conseils aux autres et surtout aux jeunes, à aider au mieux de ses possibilités et même effectuer des démarches en vue d’aplanir les difficultés auxquelles doivent faire face les gens de la région. Bref, une personne accessible et abordable. En outre, F.A est à l’aise tant au sein d’un Comité Exécutif que lors d’un forum-débat par exemple où ses analyses sur les enjeux conjoncturels et autres problèmes de société sont attendues et appréciées. Autrement dit, sa prise de la parole fait généralement mouche.

Ce travailleur social hors-pair est également un mélomane à ses heures libres. Il a commencé à imiter feu Talat Mahmood, incomparable chanteur de ghazal, alors qu’il était membre actif de la ‘Tado-Mauritian Cultural Association’ lors des activités extra-curriculaires durant sa période de formation à l’ex-Ecole normale. Cette association socio-culturelle ayant pour membres les aspirants-profs avait pour principaux animateurs le regetté feu Dhundev Bauhadoor et l’animateur des émissions en hindoustani à MBC/TV, Hurrynarian Mohabeer et autre Farook Jaumdally, ex-musicien du ‘Dosti Band’, autrefois très connu à Plaine Verte.

Collaborateur à Impact News

On ne peut évoquer le nom de Feizal Abdoolah sans faire état de son intérêt soutenu pour le journalisme. Ainsi, lors de la création de l’hebdomadaire Impact News, F.A allait bienveillamment accepter de faire parvenir ses réflexions pour la rubrique ‘On en parle’. Il convient de rappeler qu’avant de contribuer à la publication d’un journal, F.A. avait émerveillé en plusieurs occasions les lecteurs de magazine-souvenir par ses écrits marqué d’une maturité intellectuelle qui interpelle. Ainsi, son recrutement en tant qu’attaché de presse du ministre Lauthan fut très bien accueilli.

Feizal Abdoolah est certes d’origine modeste, mais sa popularité fait des envieux. Sa présence est toujours sollicitée. Il symbolise la droiture et l’humilité. N’est-il pas tenu en haute estime par l’ancien Président de la République, Bhai Cassam, pour les intimes à l’instar de Feizal ?

A 60 ans, certains prennent leur retraite pour s’adonner au travail social. Feizal Abdoolah a déjà 40 années de longueur d’avance à son actif. Qui dit mieux ? Bon Anniversaire Feizal !

 

Louckman Lallmahomed

Deisgned & Developed by Mauriweb Network Services, Maintained by Star © 2001